Mélenchon, génie politique et avenir de résistance ?

Caroline ANDREANI, 18 novembre 2016

Réponse à une déclaration de Claude Mazauric en faveur de JL Mélenchon*

(28 septembre 2016)


Depuis la conférence nationale du 5 novembre, qui a mis en minorité un secrétaire national à bout de souffle, les partisans de la candidature Mélenchon ne cessent de convoquer des avis éclairés pour convaincre les récalcitrants de voter comme il faut.

C’est ainsi que resurgit la contribution de Claude Mazauric, déjà vieille de plusieurs semaines, où il affirme son engagement en faveur de Mélenchon.

Que dit-il exactement ?

1- Que les partisans d’une candidature communiste font un choix moral et affectif, qui s’inscrit dans « un champ idéologique traditionnel par son référentiel », et dans « une perspective mythique et même eschatologique ». Lequel choix conduirait à « la presque fin pratique » du PCF.

Décryptage : les partisans de la candidature communiste sont des nostalgiques, qui n’ont pas compris que leur choix conduirait à l’extinction de leur parti.

Voilà une affirmation pour le moins lapidaire qui demanderait à être étayée.

2- Claude Mazauric soutient Mélenchon, convaincu qu’il a été par « le rapport argumenté de Pierre Dharéville ».

C’est curieux comme la perception des situations peut varier d’un individu à un autre. En entendant Pierre Dharéville, j’ai plutôt eu la sensation qu’il naviguait à vue, et que la ligne qu’il défendait était celle du report de la décision.

Claude Mazauric salue le « coup de génie politique » de Mélenchon qui en déclarant sa candidature fin 2015, aurait porté « un coup majeur » à la « crédibilité du Parti socialiste ».

On peut toujours trouver des justifications à ses choix politiques. Encore faudrait-il ne pas trop forcer le trait.

Quand Jean-Luc Mélenchon a déclaré sa candidature, il a surtout torpillé la primaire de la petite gauche voulue par Pierre Laurent. Les « Lundis de la gauche », qui donnaient la parole au ban et à l’arrière-ban des intellectuels non communistes, étaient un ballon d’essai à la recherche d’une candidature commune face à… Mélenchon ! Avec le flair politique qui le caractérise, Pierre Laurent a sollicité Caroline de Haas et Thomas Piketty… Et par un heureux hasard du calendrier, Emmanuelle Cosse a torpillé plus encore la perspective d’une candidature commune en trahissant les siens par son entrée surprise au gouvernement.

Quant à la crédibilité du Parti socialiste, quatre années de mesures en faveur du patronat, d’alignement sur les politiques européennes les plus régressives et de guerres coloniales tous azimuts l’ont certainement bien plus entamée que la candidature d’un électron libre issu de ses rangs.

Car enfin, on peut crier au génie politique. Mais il a tout de même fallu trente ans à Jean-Luc Mélenchon pour se rendre compte que le Parti socialiste s’était converti à « l’ordolibéralisme européiste », pour reprendre les termes de Claude Mazauric. C’est faire preuve d’une lucidité tardive.

Ensuite, l’appel à voter François Hollande sans poser de conditions – ce qui n’avait rien à voir avec une participation gouvernementale – ressemble sacrément à une erreur de stratégie plus qu’à une décision politique mûrement réfléchie. Cela aurait pu permettre de créer un rapport de forces, comme l’ont fait les communistes français en 1936 lorsqu’ils soutenaient le Front populaire tout en se refusant à participer à un gouvernement d’union avec les socialistes et les radicaux.

La position de Claude Mazauric, si respectable soit-elle, repose sur une analyse très partielle de la situation. La candidature de Jean-Luc Mélenchon peut-elle servir d’outil pour recomposer le paysage politique à gauche ? Rien n’est moins sûr. À Hénin-Beaumont, les classes populaires ne se sont pas reconnues dans le candidat de L’humain d’abord.

Le système médiatique fait la part belle à des personnalités comme Jean-Luc Mélenchon, qui ont l’habitude des plateaux de télévision et la répartie (un peu trop) facile. Mais il reste un objet médiatique, comme Besancenot avant lui, favorisé par l’absence d’autres candidatures porteuses. Jean-Luc Mélenchon est certes brillant, mais il n’a pas su créer, depuis sa candidature en 2012, autre chose qu’un mouvement-croupion regroupant des affidés.

Sa candidature est-elle un « avenir de résistance », un « avenir non mythique », comme l’affirme Claude Mazauric ?

Personnellement, j’ai du mal à y croire, et j’ai même du mal à comprendre comment un historien comme Claude Mazauric peut partager cette conviction, qui pour le coup ressort du mythe. Je ne saurais dire si une candidature communiste empêchera la disparition du PCF. Mais il y a une chose dont je ne doute pas, c’est que le soutien à la candidature Mélenchon se soldera par sa disparition.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s