Marseille / Corse : Face à la violence des patrons, nous sommes tous des marins ! le patronat menace d’agresser les marins en luttes

Initiative communiste

7 janvier 2016

http://www.initiative-communiste.fr/articles/luttes/marseille-corse-les-patrons-menacent-de-violence-les-travailleurs-en-greve-qui-sont-les-violents/


 

Après que la Commission Européenne et le gouvernement ont réussi à saborder la SNCM , il n’aura pas fallu longtemps pour qu’une nouvelle compagnie battant pavillon danois et utilisant des marins étrangers se lancent dans le dumping social sur les liaisons de fret Corse Marseille. Merci l’Union Européenne qui protège…. les patrons et casse les droits des travailleurs.

Car cette compagnie en ne prenant pas le pavillon français se livre de fait à une concurrence déloyale. Face à la provocation du lancement de cette ligne le jour même de la création de la nouvelle compagnie issue de la SNCM et ayant la délégation de service public, les marins se sont courageusement mobilisés sur le port de Marseille :

« C’est pas le fruit du hasard (de lancer cette ligne le jour même de la création de la nouvelle compagnie issue de la reprise de la SNCM), c’est clairement pour peser sur la décision des élus de la collectivité de Corse pour remettre en cause la future DSP » portant sur la liaison entre Corse et continent, affirme le représentant CGT Frédéric Alpozzo, délégué CGT de la SNCM

« La grève a été reconduite en AG ce matin et même renforcée avec les marins de la Méridionale »

Qui utilise la violence ? le patronat !

Cette nouvelle ligne a été lancée par deux patrons candidats qui n’ont pas réussi à reprendre la SNCM. Alors que les marins bloquent l’accès au port de Marseille de ce qui est un véritable cheval de Troie contre le droit du travail, ces patrons pour qui ne comptent que le profit  – non content d’avoir lancé une salve d’attaques en justice tout azimut contre la SNCM et contre la CGT marins pour essayer de terroriser les marins défendant les emplois et les conditions de travail et de salaires, c’est également à des menaces de violences physiques qu’ils auraient eu recours selon ce qu’en rapport le journal Le Point :

Le blocage du cargo par la CGT déclenche l’ire des entrepreneurs corses de la compagnie Corsica Linea, qui envisagent une opération coup de poing. Le Point 07/01/16

« La totalité des chefs entreprise qui nous accompagnent sont en ébullition et nous n’arrivons plus à les maîtriser. Nous sommes prêts à défendre leurs intérêts et ceux de la Corse en allant libérer le port de Marseille. La loi n’étant pas respectée, il faut s’attendre à des débordements. Si la situation dérape, il y aura un conflit direct avec les marins. C’est inévitable, et chacun prendra ses responsabilités. »  déclaration de Christian Orsucci patron de la compagnie Corsica Linéa

Comme le rapporte le journal Le Point, Christian Orsucci et d’autres entrepreneurs à l’origine de ce consortium de 140 entreprises menacent d’en découdre avec les marins de la CGT « dès ce jeudi matin ou dans les prochains jours.

Ce soir le site internet de l’UD CGT 13 a été victime d’une attaque de pirates.

Ces méthodes du recours à la violence pour briser le mouvement social et écraser les travailleurs ont un nom : c’est le fascisme.

Chacun peut donc bien voir dans quel camps se trouve la violence. Face à des travailleurs se défendant le patronat menace de « débordement » c’est à dire de faire le coup de poing.

Tous ensemble, solidarité ! Car nous sommes tous des marins de la SNCM

JBC pour www.initiative-communiste.fr

La grève des marins était justifiée. Leur lutte sert l’intérêt général contrairement au coup de force des patrons Corses de Corsica linea. (Communiqué CGT Corse).

La CGT de Corse apporte son soutien aux salariés du maritime en lutte pour leur emploi et le service public. Comme le confirme monsieur Bartoli ancien président de l’OTC Corsica linea ne peut en l’état de naviguer sur les lignes de la DSP. Que ce soit pour une non-conformité de l’équipage sous pavillon low cost ou pour obtenir les créneaux horaires, plusieurs obligations ne sont pas respectées.

Mais avec cette concurrence sauvage de Corsica linéa approuvée par Bruxelles et soutenue par la nouvelle majorité territoriale c’est bien le service public des transports maritimes mais aussi aérien qui est menacé.

Au-delà de l’emploi des 1300 salariés de l’ex SNCM et de la CMN c’est également le montant de la solidarité nationale de 187 millions d’euros annuels avec l’enveloppe de continuité territoriale qui risque de disparaître.

La CGT de Corse ne laissera pas le patronat Corse qui est responsable du chômage et de la vie chère sur l’île mettre la main sur les transports et continuer ainsi son racket sur la population.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s