Electricité : nouvelle étape en vue pour la dérégulation du marché

Valérie GAUTHIER, Les Echos, 8 décembre 2014

Les tarifs réglementés pour les professionnels disparaissent au 1 er  janvier 2016. La France pourrait s’inspirer des retours d’expériences de plusieurs pays étrangers.

Dans un an, le 1er janvier 2016, l’ouverture du marché de l’électricité pour les professionnels se ­concrétisera par la disparition des tarifs « vert » et « jaune », ces tarifs réglementés proposés par EDF aux consommateurs professionnels (entreprises et collectivités locales). Le marché est aujourd’hui très concentré : EDF affiche 220.000 clients professionnels, soit 430.000 sites qui se répartissent en 100.000 sites au tarif vert et 330.000 sites au tarif jaune.

Cette nouvelle étape de la libéralisation du marché ne se jouera probablement pas en priorité sur les prix. Avec 30 % de taxes, 30 % de coûts d’acheminement et 35 % de fourniture – aujourd’hui essentiellement concentrée dans les mains d’EDF –, la marge de manœuvre sur les prix est faible pour les concurrents. En matière de dérégulation du marché de l’électricité, l’expérience a en outre montré que la diffusion de l’information sur les offres concurrentes est lente à opérer, comme l’a souvent rappelé la ­Commission de régulation de l’énergie. Si l’information est disponible, il faut aller la chercher, par exemple sur le comparateur Internet energie-info.fr, qui présente les différents acteurs, historiques (EDF sur l’électricité et GDF Suez sur le gaz) et nouveaux entrants ( Direct Energie, Lampiris, Alterna ou Proxelia par exemple).

Tous les acteurs se préparent dès aujourd’hui à cette échéance, de GDF Suez aux plus petits acteurs alternatifs, en passant, bien sûr, par EDF. L’électricien tente ainsi de répondre aux besoins de tous ses clients par une offre adaptée, du standard au sur-mesure, avec des prix fixes ou indexés sur l’Arenh, le prix auquel EDF vend déjà une part de son électricité nucléaire à ses concurrents. Le groupe a aussi engagé un programme de formation pour préparer ses commerciaux à convaincre que l’offre EDF serait la meilleure.

Des approches variées de la dérégulation

Mais cette nouvelle étape devrait aussi être l’occasion d’une réflexion plus large sur la dérégulation. L’électricité est un produit vital qui ne peut être stocké. Son coût varie de façon considérable selon les sources de production et le mix énergétique est très différent selon les décisions politiques des différents pays.

Dans d’autres pays, des approches différentes de la dérégulation ont été adoptées. Le plus bel exemple de réussite dans le domaine se trouve au Canada, où l’Etat fédéral se charge de la sécurité de l’approvisionnement, tandis que chaque province gère les politiques de prix en fonction de son mix énergétique. Aux Etats-Unis, les prix ont largement augmenté dans les quatorze Etats qui ont fait le choix de la dérégulation et du marché par rapport aux trente-six autres Etats qui ont privilégié une approche régulée des prix. En Grande-Bretagne, pourtant royaume de la libéralisation du marché de l’électricité, on prévoit un risque majeur de pénurie de production à moyen terme et le gouvernement instaure une nouvelle législation. En France, certains consommateurs industriels jugent d’ailleurs qu’il faudrait une bascule plus progressive pour assurer la qualité de service.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s