Electricité: « La facture rétroactive pour 2012 sera de 20 à 40 euros »

Laurent MARTINET, http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/electricite-la-facture-retroactive-pour-2012-sera-de-20-a-40-euros_1508078.html

Le gouvernement voulait limiter la hausse de l’électricité à 2% en 2012. Le Conseil d’Etat lui a donné tort, estimant que ce nouveau tarif ne couvrait pas les coûts de production d’EDF. Décryptage avec l’UFC Que Choisir.

Pour l’UFC Que Choisir, la seule façon de réguler l’augmentation des tarifs aurait été de passer un contrat de service public avec EDF.

Le Conseil d’Etat vient d’annuler la hausse de 2% des tarifs de l’électricité en 2012, la jugeant insuffisante par rapport aux coûts de production d’EDF, ainsi que le dénonçaient ses concurrents. Cette hausse modérée avait pourtant été décidée par le gouvernement afin de ménager le pouvoir d’achat des Français, alors que la Commission de régulation de l’énergie annonce une augmentation inexorable de 30% entre 2012 et 2017. Pour 2013, l’augmentation décidée par le gouvernement pour les particuliers a ainsi été relevée à 5%. Pour 2012, le gouvernement doit prendre un nouvel arrêté d’ici deux mois.

Transparence sur les coûts d’EDF?

« Les intentions du gouvernement étaient louables, mais c’est comme pour les tarifs du gaz: il ne s’est pas attaqué à l’origine du problème », analyse Nicolas Mouchnino, de l’UFC Que Choisir. En effet, le gouvernement estimait que la loi NOME (Nouvelle organisation du marché de l’électricité) de 2010 lui permettait de réguler l’augmentation des tarifs. « Mais la loi Nome ne dit rien là dessus », s’étonne Nicolas Mouchnino. « Elle dit simplement que les coûts doivent être couverts ». Pour l’UFC Que Choisir, la seule façon de réguler l’augmentation des tarifs aurait été de passer un contrat de service public avec EDF. « Mais le précédent contrat de service public, qui allait de 2005 à 2010, n’a pas été renouvelé. Or lui seul aurait permis de faire la transparence sur les tarifs d’EDF », regrette Nicolas Mouchnino.

En effet, pour l’UFC Que Choisir, EDF doit faire toute la lumière sur ses coûts: « A l’heure actuelle, EDF dit ‘voilà mes coûts’ à la CRE, qui valide. Alors que la Cour des comptes a signalé que les salaires à EDF augmentaient anormalement par rapport à d’autres entreprises. Un contrat de service public permettrait de mettre en place un cadre pour contrôler tout cela », note Nicolas Mouchnino. Un constat contesté par la CRE, qui rappelle qu’elle a accès à tous les chiffres concernant la production et la commercialisation d’électricité, chiffres arrêtés par des commissaires aux comptes. Mais reconnaît qu’elle n’a pas le pouvoir de dire « ce qui est bien ou mal ».

20 à 40 euros de plus par foyer

Pour l’UFC que Choisir cependant, les tarifs de l’électricité sont bien condamnés à augmenter. Mais à un rythme régulier, sans décrochage brutal d’une année sur l’autre. « Quand vous empêchez l’augmentation, il y a des chocs de rattrapage qui sont dangereux pour les industriels et dommageables pour les particuliers ». Si les tarifs de 2012 sont finalement augmentés de 5,7% à 9,6%, comme le recommande la Commission de régulation de l’énergie, « la facture rétroactive sera de 20 à 40 euros par foyer », calcule Nicolas Mouchnino. Un choc incontestable par rapport à 2011, où le prix n’avait augmenté que de 1,7%. Mais un choc rétroactif.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s