Corée du Nord: “L’Humanité” ne mérite pas ça!

Jean-Pierre PAGE, 21 février 2014

Quelques précisions

Nous avons eu des retours négatifs sur l’article de Jean-Pierre PAGE consacré non pas tant à la Corée du Nord qu’au traitement médiatique réservé par un journaliste de L’Huma à un pseudo rapport émanant soi disant des Nations Unies, qui se révèle n’être ni un rapport scientifiquement valable, ni émanant véritablement des Nations Unies (voir l’article ci-après).

Pour ceux qui ne connaissent pas Jean-Pierre PAGE, précisons qu’il est l’ancien responsable aux questions internationales de la CGT, qu’il maîtrise parfaitement les questions internationales, et qu’il prend rarement la plume sauf quand il est particulièrement irrité. Précisons également qu’il n’est pas membre de la Gauche communiste, ce que nous regrettons (mais personne n’est parfait).

Enfin, ultime précision mais non la moindre, notre site publie tous les articles qui nous paraissent intéressants, contribuant au débat politique et à la réflexion collective. Nous ne prenons pas nos lecteurs pour des crétins. Nous considérons qu’ils ont un cerveau et qu’ils sont parfaitement capables de lire, de comprendre et de se faire leur opinion.

Tout ça pour expliquer que même si nous ne considérons pas la Corée du Nord comme le paradis sur terre, nous pensons qu’il y a suffisamment de sites pour relayer la pensée dominante, impérialiste, pro-américaine et pro-UE. Notre rôle à nous est au contraire de relayer tout ce qui peut permettre de développer une pensée critique nourrie. 

La Gauche communiste

Sous le titre accrocheur « C’est un scandale: la Corée du Nord, royaume de l’horreur et du sadisme », L’Humanité du 19 février s’illustre une nouvelle fois dans ce journalisme d’arrogance, fidèle à l’air du temps!

L’article ajoute à la malhonnêteté, l’ignorance qui caractérise souvent la rubrique internationale de ce que fut journal de Jaurès, le journal de l’anti-colonialisme et de l’anti-impérialisme! Le “droit-de-l’hommisme “ façon ONG, qui inspire dorénavant la politique internationale du PCF, est d’autant plus consternante que le parti se déclare encore parti des communistes.

Ici, il n’est pas dans mon intention de porter un jugement sur la politique nord-coréenne, c’est un autre débat et c’est avant tout aux Nord-Coréens de le faire comme a exprimé le choix conscient du type de société dans laquelle ils veulent vivre! La politique française et celle de l’Europe, avec ce qui les caractérise, devrait nous inciter à faire preuve de plus de modestie! Je veux m’en tenir uniquement à la manière dont on informe les lecteurs sur la procédure engagée au niveau international contre la Corée du Nord.

Cet article de L’Humanité appelle donc de ma part 3 remarques qui touchent au fond et à la forme!

1- De nombreux pays dans le monde comme Cuba, la Chine, mais aussi les USA, qui n’acceptent pas que leurs citoyens soient jugés à l’extérieur, refusent au nom du respect de leur souveraineté, de leur indépendance et par ce qu’ils sont contre toutes formes d’ingérences les prétendues enquêtes internationales qui sont conduites par un organe de l’ONU comme le Commissariat aux droits de l’homme.

Ce dernier, et ce n’est pas un détail, compte 90% de ses personnels dépendants des fonds volontaires, sous contrat non permanent et souvent de courte durée. Ces fonds volontaires n’existent que par le financement et la bonne grâce des pays occidentaux, principalement les USA, qui les utilisent au service de leurs intérêts et de leurs objectifs géopolitiques. Tout cela en dit long sur l’indépendance du OHCHR de Genève. Pour autant, afin que ce genre d’enquête puisse être menée à bien, il faut selon les principes de la charte de l’ONU avoir épuisé tous les mécanismes d’enquêtes domestiques que les Etats peuvent et doivent mettre en place. Ceci fait partie de leur prérogative et dans le cas de la Corée du Nord, nous n’en sommes pas là.

Quand on décide de passer outre, comme cela en a été décidé par les Occidentaux, ces enquêtes sont réalisées à l’extérieur du pays sous toutes les formes possibles et imaginables de témoignages: interviews de nationaux réfugiés, communications téléphoniques, films, reportages télé, presse écrite et même à travers l’usage de conversations par Skype, etc. On peut imaginer comment, dans ces conditions, il est facile d’orienter les choses et je n’évoque pas les gens que l’on peut exfiltrer, ceux qui se rendent sur place pour certaines missions, ceux que l’on peut faire voyager pour recueillir leurs témoignages! Donc il s’agit bien chaque fois d’un rapport à charges, accablant, souvent basé sur des allégations (c’est à dire une absence de preuves mais que l’on assimile délibérément à des preuves). Ainsi on ne peut passer sous silence ces méthodes totalement unilatérales. L’Humanité les ignore mais de plus, saute déjà à la conclusion qui suppose selon l’auteur la convocation des dirigeants Nord-Coréens devant la CPI dont l’absence d’indépendance ne semble poser aucun problème à l’auteur de l’article! La CPI se consacre exclusivement aux dirigeants des pays du Tiers-Monde, mais « curieusement » jamais aux dirigeants américains ou européens. Il est quand même bizarre que cela puisse échapper à la sagacité de ce journaliste et pourtant si !

Les attendus et les conclusions sont donc connus par avance puisqu’ils en sont décidés par les inspirateurs, en l’occurrence et comme toujours les Occidentaux! Il semble, et c’est affligeant, que dans cet esprit, la rubrique internationale de L’Humanité n’ait pas entendu parler de l’application du R2P (responsability to protect), le R2P étant devenu pour les Occidentaux et les USA tout particulièrement la véritable Bible qui doit refondre les relations internationales. Cette nouvelle architecture, qui vise à rompre définitivement avec le multilatéralisme considéré comme obsolète, et qui doit disparaître au bénéfice de l’unilatéralisme!

2 – Evidemment l’article ne prend pas en compte la composition de la commission d’experts sur la Corée du Nord qui ne sont pas des fonctionnaires internationaux mais sont nommés par la Commission d’enquête et le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Pour bien comprendre de quoi il s’agit et si l’on faisait preuve de sérieux, on devrait commencer par s’intéresser aux membres de ce groupe d’experts! Le Président est un Australien : Michael Kubryk, un magistrat très conservateur et répressif à la réputation désastreuse et qui s’est fait connaître avec le dossier du Cambodge. Il a reçu parmi toutes ses distinctions pour services rendus aux gouvernements occidentaux le titre d’« Honorable à vie » dans le protocole australien !

Ensuite vient Marzuki Darusman un autre magistrat, Indonésien, celui du rapport Darusman, accablant contre le Sri Lanka que L’Humanité considère pourtant comme un rapport officiel de l’ONU, alors que dans ce cas ce rapport n’a aucun statut juridique onusien puis qu’il s’agit d’un rapport demandé à titre personnel par le Secrétaire Général de l’ONU. Depuis, les médias cherchent à imposer internationalement l’idée contraire : il s’agirait ainsi “de la position officielle de l’ONU ». Darusman fut un affidé de Suharto depuis la période de la dictature et de la répression sanglante contre les communistes en Indonésie, un véritable génocide politique de près de 3 millions de victimes. Il fut un des dirigeants du parti de Suharto et comme haut magistrat, on peut imaginer tous ceux qu’il a pu envoyer au bagne de Buru, comme le grand poète indonésien qui fut souvent candidat au Nobel, mon ami Pramoedya Anter Toer.

Enfin siège également Sonja Biserko, magistrate serbe complètement vendue aux Occidentaux et en particulier aux Américains et aux institutions de l’UE. Elle est membre, parmi beaucoup d’autres choses, du fameux « US Institute of Peace » à Washinton qui porte bien mal son nom et qui avec le « Brookings Institute » et « US Holocauste Memorial Institute » ont parrainé le fameux rapport de Madeleine Albright et Richard Williamson sur le R2P. Sans m’étendre sur le Brookings Institute, un des plus fameux Think Tank américain, on peut noter dans la composition de son  « Board of trustees » presque exclusivement des dirigeants des plus grandes firmes américaines dont Goldman and Sachs, Nike, et surtout le fameux “Carlyle group”, dirigé longtemps par Franck Carucci, un des anciens patrons de la CIA. “Le Carlyle group”, très impliqué en Irak, est très lié comme l’on sait à Dick Cheney et aux familles Bush et Ben Laden. On peut donc imaginer dès à présent et sans se tromper ce que sera le rapport de ce groupe d’experts qui ont la sympathie du journal L’Humanité.

3 – Cela dit, les choses ne sont pas si simples et cela montre encore une fois l’ignorance affligeante de ce journaliste!

Si il faisait l’effort d’être plus convaincant, il aurait pu utiliser comme argument le fait que depuis plusieurs années l’action entreprise pour sanctionner la Corée du Nord a vu une évolution de la position chinoise, russe et cubaine. Ces derniers se sont d’emblée opposés à la procédure d’enquête, puis il y a deux ans, ils se sont abstenus, enfin cette année, ils n’ont pas pris au part au vote dont la résolution a été adopté par le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU par consensus, ce qui évidemment signifie dans le langage international unanimité!

Comme quoi L’Humanité gagnerait en crédibilité si au plan international elle faisait preuve d’un véritable esprit critique et non d’un suivisme affligeant à la pensée dominante, dont on sait depuis Marx qu’elle est la pensée de la classe dominante.!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s